Peste porcine africaine : la Wallonie soutient ses éleveurs !

Sur proposition du Ministre wallon de l’Agriculture, René COLLIN, le Gouvernement wallon a adopté un projet d’arrêté octroyant une aide exceptionnelle aux éleveurs de porcs affectés par l’interdiction de repeuplement des exploitations porcines situées dans la zone infectée par la peste porcine africaine.

Le 26 septembre dernier, le Ministre fédéral de l’Agriculture décidait de procéder à un vide sanitaire en abattant l’ensemble du cheptel porcin présent dans le périmètre de 63.000 hectares. Cette décision, couplée à une interdiction de repeuplement, entraîne irrémédiablement un manque à gagner pour les 60 éleveurs concernés et plus particulièrement pour ceux d’entre eux pour qui le porc engendrait une bonne partie de leurs revenus. La compétence du Fédéral se limitera à l’indemnisation de la valeur du cheptel perdu au travers du Fonds sanitaire. Les démarches sont en cours à ce niveau. La Wallonie, comme s’y était engagé René COLLIN, soutient ses éleveurs dans la mesure où un vide sanitaire est obligatoire et qu’il entraîne une perte de revenus prolongée.

 

Photographie des élevages porcins

60 éleveurs concernés par la mesure :

  • 7 producteurs professionnels : + de 50% de revenus et + de 100 porcs
  • 5 producteurs professionnels : entre 100 et 50 porcs et - de 50% du revenu
  • 6 producteurs professionnels : de 10 à 50 porcs et - 50% du revenu
  • 42 producteurs : - de 10 porcs  (355 porcs engraissement et 7 truies)

 Le nombre d’animaux par catégories :

 

 

Standard

Bio

Plein Air

Vente directe

Porcs d’engraissement

6000 porcs

2240 porcs

170 porcs

684 porcs

Porcs de reproduction

200 porcs

139 porcs

17 porcs

80 porcs

 


Indemnisation

L’aide annuelle est calculée sur base du nombre moyen d’animaux présents sur l’exploitation multiplié par le montant moyen d’indemnisation fixé par catégories d’animaux (porcs de reproduction ou d’engraissement) et par filières (standard, bio, plein air ou vente directe), déduction faite des éventuelles assurances revenus.

Le montant de l’indemnisation sera versé trimestriellement durant la durée totale de l’interdiction de repeuplement.

De plus, cette aide sera prolongée au-delà de cette période pour couvrir l’absence de recettes entre la levée d’interdiction et la commercialisation effective de la nouvelle production à savoir :

  • Une durée de 6 mois pour les éleveurs engraisseurs.
  • Une durée de 12 mois pour les éleveurs naisseurs-engraisseurs.

Cette indemnisation est suspendue lorsque :

  • l’exploitation démarre une nouvelle spéculation dans le bâtiment d’élevage (avec ou sans transformation) ;
  • le bâtiment d’élevage est utilisé par une spéculation déjà présente sur l’exploitation avant la crise permettant d’augmenter son cheptel de manière significative et durable.

Ces modalités ont été concertées avec l’appui d’un groupe d’experts piloté par le Collège des Producteurs et regroupant l’Administration, l’Association Wallonne de l’Elevage – awé-, le Centre de Recherche Agricole wallon – CRA-W- ainsi que les organisations professionnelles agricoles.

« Je m’étais engagé à ne laisser aucun éleveur seul face à ses difficultés et à soutenir les agriculteurs au-delà de l’indemnisation du cheptel par l’autorité fédérale compétente, rappelle René COLLIN. L’indemnisation régionale permet de compenser les pertes de revenus liées d’une part aux obligations de quarantaine et d’autre part à l’interdiction de repeuplement des exploitations porcines ainsi qu’aux difficultés économiques liées à toute autre mesure imposée en vue de lutter contre la peste porcine. J’attends également de l’ensemble de la filière (transformateurs et distributeurs) un geste de solidarité à l’égard du secteur».

 

 

Contact Presse : Pierre WILIQUET – 0495/27.34.38 – pierre.wiliquet@gov.wallonie.be