Mouvements de jeunesse : un label pour les prairies !

Avec près de 3.000 camps qui s’établissent chaque année en Wallonie, la concurrence entre les différents organisateurs provoque une hausse des prix sans pour autant garantir à nos jeunes un endroit sécurisant et confortable. Le Ministre wallon du Tourisme, René COLLIN, a rendu visite au camp des Guides de l’Unité Jacques Thibaut de Dinant pour lancer, en collaboration avec l’ASBL Atouts Camps, un projet de labélisation pour l’endroit de prédilection des mouvements de jeunesse en été : les prairies. Cette démarche est complémentaire au label « Endroits de camps » attribué à 121 établissements touristiques destinés essentiellement à une occupation par des groupes locaux de mouvements de jeunesse.

 

Objectifs

Ce label « Prairie de camp » a une durée de 10 ans. Il permettra :

  • de garantir la sécurité, la qualité et l’accessibilité financière des camps se déroulant en prairie en Wallonie ;
  • d’augmenter le nombre de prairies disponibles à la location pour les mouvements de jeunesse sur l’ensemble de la Wallonie et d’éviter le phénomène de concentration ;
  • de promouvoir chacune des provinces wallonnes et d’encourager la location de prairies dans chacune d’entre elles;
  • de développer les relations entre propriétaires et autorités locales afin de créer de véritables partenariats, solides, efficaces, en bonne entente et durables.

Un plus indéniable

Le label « Prairie de camp » offrira des avantages à tous les acteurs impliqués dans le secteur :

  • Les mouvements de jeunesse, pour qui la garantie d’un endroit de camp de qualité, sécurisé et accessible financièrement, est un sérieux atout.
  • Les propriétaires, dont la coopération, le sérieux et leur souci d’accompagner au mieux les groupes dans leur projet pédagogique seront valorisés par cette reconnaissance.
  • Les autorités locales qui auront, grâce à l’intervention d’Atouts Camps, un interlocuteur ayant une certaine expertise dans le domaine avec qui éventuellement collaborer pour gérer la planification et l’encadrement des camps durant les périodes estivales.
  • Le secteur du tourisme en Wallonie dans son ensemble qui profitera d’un tel label, puisque cette reconnaissance fera la promotion de lieux remarquables à travers tout le territoire wallon et attirera les jeunes dans ces régions. Cela permettra également d’encadrer de manière plus efficace les activités des mouvements de jeunesse, dans un souci de respect de l’environnement et de zones protégées.

 

Des critères

Une grille d’analyse a été établie à l’aide d’une trentaine de propriétaires, et soumis à l’analyse de 100 animateurs.

Elle comprend des conditions obligatoires:

  • la superficie du terrain (min 1ha/50 personnes) ;
  • l’accessibilité du terrain en lui-même, il dispose d’au moins un accès à une voie carrossable ;
  • une délimitation explicite par des éléments naturels ou au moyen d’une clôture ;
  • l’accès à l’eau potable de distribution ;
  • la mise à disposition de toilettes ou l’autorisation de creuser des fosses d’aisance.

Des points supplémentaires peuvent être accordés à la prairie en fonction :

  • de la déclivité du terrain
  • du caractère inondable de la zone
  • de la présence d’électricité sur le terrain
  • d’un espace de stockage des déchets
  • de la possibilité d’organiser un feu de veillée
  • de la présence à proximité de commerces locaux

Le nombre de points obtenu fixera le prix maximum (hors charges et taxes) par nuit et par personne que le propriétaire s’engage à demander :

  • entre 8 et 14 points : maximum 1 euro
  • entre 15 et 20 points : maximum 1.5 euro
  • un prix forfaitaire en fonction du nombre de points obtenus multiplié par 80% de la capacité d’accueil maximale du terrain.

« Les mouvements de jeunesse, constate René Collin, contribuent à faire de nos jeunes des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires. Ils favorisent la transmission de valeurs importantes telles que le respect, le gout de l’effort, la tolérance et le partage. En tant que Ministre de l’Agriculture, j’ai mobilisé 200.000 euros,  plafonné à 600 euros par camp, pour le programme mené par l’APAQ-W « Au camp, mangeons wallon ! » pour encourager nos jeunes à consommer des produits locaux wallons (pain, légumes, fruits, viande, produits laitiers,…), d’une part, et valoriser nos producteurs, d’autre part ».

Contact Presse : Pierre WILIQUET – pierre.wiliquet@gov.wallonie.be – 0497/27.34.38