Les CREAVES pourront accueillir les « grands » gibiers

Sur proposition du Ministre wallon de la Nature, René COLLIN, le Gouvernement wallon a approuvé, en première lecture, l’avant-projet d’arrêté relatif au transport d’animaux gibiers vers ou au départ d’un Centre de Revalidation des Espèces Animales Vivant à l'Etat Sauvage (CREAVES) et à leur remise en liberté.

Les CREAVES ont pour mission d’accueillir et de soigner les animaux sauvages. Après revalidation, ces centres organisent la remise en liberté de ces animaux. 

Jusqu’à présent, la loi sur la Chasse interdisait aux CREAVES de transporter et de remettre en liberté les espèces de gibiers des catégories « grands » (cerf, chevreuil, sanglier, daim, mouflon) ainsi que « autres gibiers » (renard, lapin, ramiers, fouine, martre, …). Ces espèces recueillies devaient, en effet, être euthanasiées ou demeurer en captivité. 

Toutefois, plusieurs infractions sur la chasse ont été constatées. Les particuliers, ignorant l’existence de cette loi, amènent  bien souvent des animaux en détresse comme des renardeaux, des lapins, …vers ces centres, les plaçant, de facto, en difficulté vu leur mission de revalidation.

 Cet avant-projet prévoit :

  • de légaliser le transport et la remise en liberté des espèces gibiers catégories « grands » et « autres gibiers » à proximité de l’endroit où celles-ci ont été recueillies ;
  • d’imposer que l’animal gibier revalidé soit irréprochable d’un point de vue sanitaire afin d’éviter toute contamination des autres espèces avec lesquelles il sera en contact une fois remis en liberté ;
  • de limiter l’octroi de la subvention aux seuls animaux protégés par la loi sur la conservation de la Nature (blaireau, écureuil, rapaces, …). La revalidation des espèces de gibiers ne sera donc pas subventionnée.

Cette évolution de la règlementation impose au gestionnaire du centre de revalidation d’informer, préalablement par écrit, le cantonnement territorialement compétent du Département de la Nature et des Forêts :

  •  du lieu où le gibier a été recueilli et de la date de la découverte ;
  • de l’identité de la personne ayant recueilli le gibier ;
  • du lieu où il est prévu de remettre en liberté le gibier et la date de l’opération ;
  • d’une attestation d’un vétérinaire certifiant avoir examiné l’animal.
  •  

« La réalité du terrain, constate René COLLIN, plaçait les CREAVES dans une position compliquée. Cet élargissement de leur mission légalise les pratiques existantes tout en balisant le transport, la revalidation et la remise en liberté de ces gibiers. Cette disposition offre une clarification des usages dans le respect du bien-être animal et de la biodiversité ».  

 

Contact : Pierre WILIQUET – 0495/27.34.38 – pierre.wiliquet@gov.wallonie.be